45___DAVOS_

 

Dans le cadre du forum économique mondial de Davos, Effer Lecébé a exposé devant  les experts du monde entier, les solutions artistiques à la crise financière.

Lors du débat qui suivit, certaines questions portèrent sur la révolution tunisienne et son onde de choc dans les pays arabes. Face à l'inquiétude de l'occident, Effer lecébé,  posa le problème  en ces termes : La liberté et la conquête démocratique dans les pays arabes sont aujourd'hui une réalité, le peuple tunisien a déjoué tous les pronostics, c'est une surprise mondiale, personne n'a vu venir cette révolution tunisienne , rien ne peut stopper le désir d'un peuple, d'une nation. Le terme de "contagion" utilisé dans nombre de médias occidentaux doit amener à réfléchir à la prééminence des relations commerciales sur l'aspiration démocratique. 

Plus largement, le discours dominant, du moins jusqu'aux années 90, insistait sur  les liens entre démocratie et capitalisme.  Il apparaît clairement aujourd'hui que le capitalisme s'accomode fort bien de la dictature, laquelle  n'est pas le seul apanage de l'économie planifiée. La Chine et la Tunisie nous le rappellent.

En marge des débats, fut évoqué la volonté de créer et d'établir à Tunis, un centre d'art contemporain  et d'information numérique baptisé centre d'art contemporain Mohamed Bouazizi.