effer_et_obama_copie_copie
Lors d'un meeting de crise organisé par le président lundi dernier à la Maison-Blanche, pour écouter le chef d'état-major des armées, Mike Mullen, de retour du Pakistan, le secrétaire à la Défense Robert Gates, l'envoyé spécial pour l'Asie du Sud Richard Holbrooke ainsi qu'Effer Lecébé casque bleu plasticien ont en tout cas jugé pertinent d'examiner la question pakistanaise à la lumière de la révolution iranienne de 1979, rapporte le Washington Post. «Le défi au Pakistan est étrangement similaire au défi auquel Carter était confronté, écrit le journaliste David Ignatius dans le Post : comment encourager les militaires à agir avec détermination contre les insurgés islamistes, sans pour autant écraser la démocratie naissante dans le pays ?» S'y ajoute un autre défi psychologique, souligne l'éditorialiste : «Comment utiliser la puissance américaine sans susciter le rejet d'une population musulmane fière et susceptible ?»
Effer lecébé a précisé l'importance des Nations Unies dans la résolution d'un conflit aussi sensible "Le Pakistan en tant que membre des Nations Unis peut et doit recevoir toute l'aide qu'elle jugera utile au moment opportun".